Accueil > Actualité cinématographique > C’était mieux demain

C’était mieux demain

Tunisie - 2012 - 1 h 9 mn 37 s - Réalisation : Hinde Boujemaa

mardi 1er novembre 2016, par filparp

Aïda n’a rien. Qu’une vie difficile qui de séjours en prison aux problèmes d’alcool, raconte toute la difficulté d’être de celles qui ont été répudiées dans les pays musulmans. Elle a eu quatre enfants, un seul d’entre eux, difficile et un peu diminué l’accompagne encore.

La révolution, Aïda en approuve bien sûr les principes, elle qui aurait bien besoin d’un accompagnement social, et surtout, première des urgences pour tous les déshérités, d’un toit. Elle ne manque pas de courage, Aîda. Il faut la voir attaquer au burin la porte murée de locaux désaffectés pour en être convaincu.

Mais elle qui ne veut plus regarder en arrière, on ne la laisse pas avancer. Le tumulte révolutionnaire , la nécessaire révolte, les belles paroles des dirigeants n’ont pas réussi à transformer la réalité. Les anciens dirigeants et leurs alliés restent des nantis, et ceux qui n’avaient rien ne se voient rien proposer de concret.

Le documentaire suit le combat d’Aïda au plus près, sans jouer sur l’affect, sans fioritures. Les images se suffisent à elles-même, et l’on sort de là un peu éreinté de cette quête de peu d’espoir, mais certain que les révolutions ne peuvent s’accomplir en peu de temps et sans rencontrer de vents contraires, que seule la détermination politique peut permettre d’infléchir.

Intelligent et profondément utile.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.