Accueil > Les amis du Concorde > Une lettre au maire.

Une lettre au maire.

dimanche 14 décembre 2008

Monsieur le Maire,

Suite à votre annonce parue dans Télérama, je vous ai soumis ma candidature au poste de Directeur de l’EPCCCY et j’ai eu l’honneur d’être convoqué à deux entretiens pour ce vendredi.

Ma candidature, pleine d’enthousiasme, était motivée par le projet qui sous-tendait l’action de l’EPCCCY et associait, dans un travail de proximité et de développement culturel, un festival et une salle de cinéma.

Reconnu, le festival En route vers le monde jouit d’une bonne réputation fondée sur sacapacité à marier programmation forte d’une véritable ambition culturelle e t fréquentation. Prendre sa direction ne peut que me motiver.

Réouvert récemment, le Cinéma Le Concorde est en pleine construction et ses débuts, dans la période calendaire pourtant la plus difficile (avril/août), sont encourageants de l’avis même des distributeurs avec lesquels j’ai eu l’occasion de discuter. Là encore, en prendre la direction est une grande motivation pour moi.

Mais je viens d’apprendre aujourd’hui, lors d’une conversation avec un distributeur, que le directeur de l’EPCCCY, Yannick Reix, ne souhaite pas partir et que son travail est remis en cause.

J’ai appris dans la même conversation l’histoire longue et compliquée de la réouverture du cinéma, exploité par la SOREDIC, puis le départ express de la société « l’Image ».

À présent un directeur, dont le travail est reconnu par tous, est invité à quitter son poste quelques mois seulement après la réouverture du cinéma. Une telle situation, alors que sont loués les bons résultats obtenus par l’équipe en place, provoque une totale incompréhension chez les distributeurs. Nous savons dans la profession que ce manque de constance risque de contrarier et de perdre pour longtemps une grande partie des spectateurs.

Il me paraît indispensable que votre réflexion sur l’avenir du Concorde prenne en compte la relation privilégiée qu’entretient un programmateur avec son public et la nécessité de travailler dans la continuité pour développer un projet cohérent. Sans cela, il est à craindre que le projet n’aille pas loin.

- Dans de telles circonstances, et sans rien enlever à mon enthousiasme dont témoigne mon dossier de candidature, je ne peux poursuivre ma démarche vers vous et l’EPCCCY. Je ne me rendrais donc pas aux entretiens de ce vendredi.

En souhaitant que le Festival En route vers le monde et que le Cinéma Le Concorde poursuivent leur florissante aventure, je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes sentiments respectueux.

Jean Jacques Ruttner

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.