Accueil > Les thématiques > Mon palmarès de la décennie : les réalisateurs

Mon palmarès de la décennie : les réalisateurs

dimanche 13 octobre 2013, par filparp

Tout le monde s’y amuse, quel est le bilan des dix premières années du XXIème siècle ? Valeurs sûres, nouveaux arrivants, voici mon classement, hautement subjectif et personnel comme il se doit....

David Lynch : « Je fabrique des mondes et je regarde s’ils fonctionnent » déclare David Lynch. Mulholland Drive en 2001 a été consacré par la presse cinéphilique comme le meilleur film de la décennie. Ce n’est que justice, même si Inland Empire, on s’en rendra compte un peu plus tard, a vraiment de quoi lui faire concurrence.

Clint Eastwood : Blood Work en 2002, Mystic River en 2003, Million Dollar Baby en 2004, Flags of Our Fathers et Letters from Iwo Jima en 2006, L’échange et Gran Torino en 2008, Invictus en 2009. Prolifique et se bonifiant comme un bon vin de Bordeaux, le grand Clint marque le début des années 2000 comme il avait marqué les deux décennies précédentes. Impitoyablement inévitable.

Les frères Coen : le réalisateur à deux têtes continue de frapper très fort au début des années 2000. O’Brother en 2000, The Man Who Wasn’t There en 2001, No Country for Old Men en 2007, Burn after reading en 2008, Serious Man en 2009. Après leurs merveilles des années 90, et malgré la déception de Ladykillers, les Coen sont incontestablement très proches du sommet du cinéma mondial

Gus Van Sant : Gerry en 2002, Elephant en 2003, Last Days en 2005, Paranoïd Park en 2007, Milk en 2008. La place de l’homme de Portland parmi les grands est indiscutable, tant son originalité de style est grande, même si sa dernière bio d’un homme politique homosexuel est un peu convenue.

Brillante Mendoza : Huit films en quatre ans , Prix de la mise en scène à Cannes avec Kinatay, et surtout cinq films magnifiques en quatre ans John John , Tirador, Serbis, Kinatay, Lola. L’urgence à changer le monde vue par le plus brillant des réalisateurs du tiers monde, qui à moins de cinquante ans, fourmille d’idées et d’inventivité.

Wong Kar Wai : homme à la charnière du siècle, il semble un peu peiner à retrouver toute l’ampleur de son souffle depuis My Blueberry nights . Mais rien que pour l’extraordinaire In the Mood for Love en 2000,et 2046 en 2004, The Lady from Shanghai en 2009, il mérite largement d’être dans ce top ten.

Jane Campion : In the cut en 2003,  Bright star  en 2009, la seule femme de mon palmarès hélas, comme la seule femme a avoir reçu la palme d’or s’attache à l’incandescence de l’amour. Et avec un tel brio dans son dernier film qu’il me semble impossible de ne pas lui faire une place ici, même si elle est peu prolifique.

Quentin Tarentino : Le chantre du « girl power », toujours iconoclaste et divertissant, signe dans les années 2000 deux Kill Bill, un Boulevard de la mort et Inglourious Basterds . Toujours désopilant, l’homme vient d’annoncer au Hollywood Reporter qu’il prendrait sa retraite aux alentours de 60 ans. Ce qui laisse encore 13 ans devant nous, vu qu’il n’en a que 47. Ce qui le place encore dans la catégorie « Ne nous déçois pas , Quentin, aie confiance en toi ! ».

Abdellatif Kechiche  : « La faute à Voltaire », en 2000 « L’esquive » en 2003 et la « Graine et le mulet » en 2007 : un sans faute. Le seul héritier français de trois grands Renoir, Pagnol et Pialat. La générosité faite cinéma.

Apichatpong Weerasethakul : "Mysterious Object" at "Noon " (2000), "Blissfully Yours" (2002), "Tropical Malady " (2004), "Syndromes and a Century" (2006) . les Cahiers du Cinéma classent Tropical Malady troisième film le plus important des années 2000-2009[, la cinémathèque de Toronto considère que Syndromes and a Century est le meilleur film de la décennie (Tropical Malady et Blissfully Yours obtenant respectivement les sixième et treizième places). Ce qui est certain, c’est que l’originalité et la force de l’oeuvre du réalisateur thaïlandais le placent de façon méritée parmi les grands de la décennie.

Bien entendu, vous pouvez écrire un article sur le blog (voir écrire un article en forum) , pour donner votre propre classement, même sans commentaires... Bonne décennie nouvelle !